Vêtements de travail hiver : comment bien se protéger ?

Vêtements de travail hiver

Le Code du Travail, par ses articles L4121-1 et suivants, impose aux employeurs de prendre “les mesures nécessaires” pour “protéger la santé physique” de ses salariés, et de les  adapter au “changement des circonstances, notamment climatiques. Il lui faut donc adapter les conditions de travail en cas de grand froid. Le législateur ne précise pas de seuil en dessous duquel il serait dangereux de travailler, ou à partir duquel des mesures serait nécessaire. Selon l’INRS, il y aurait risque immédiat à partir de -5°C.

Mais avant d’arriver aux grands froids, il y a “des froids” dont il est important que les professionnels se protègent, en adoptant les tenues vestimentaires appropriées.

Quels vêtements de travail choisir ?

Lorsque l’on est professionnel et que l’on travaille en extérieur toute la journée l’hiver, on est confronté aux aléas climatiques qui peuvent aller d’un beau soleil, à des rafales de vent, de pluie ou de neige, mais presque toujours dans le froid.  Il est donc très important de savoir bien se protéger pour garantir son confort et sa protection, et pouvoir exercer au mieu son activité.

La technique des 3 couches pour le haut

Certains l’appellent la technique de l’oignon. Pour bien s’isoler contre le froid, il est d’avoir une couche coupe-vent et/ou imperméable, une couche isolante et une couche de base.

La couche de base

Cette couche est celle qui est directement en contact avec votre peau. Qu’il s’agisse de sous-vêtements, tee-shirt ou caleçon, il est préférable de la choisir en polyester car cette matière permet une meilleurs évacuation de l’humidité et sèche rapidement. Certaines marques proposent des sous-vêtements thermiques qui offrent confort, légèreté et résistance.

La couche isolante ou couche intermédiaire

Cette couche a pour vocation d’emprisonner l’air afin de conserver la chaleur naturelle du corps. Le pull en laine, mais aussi la veste polaire constituent d’incontournables protections contre le froid. La softshell, grâce à sa triple couche (membrane imperméable +  film respirant + couche intérieure en micro-polaire) constitue également la protection intermédiaire idéale.

La 3ème couche

C’est cette dernière couche qui vous protègera contre les agressions des éléments extérieurs, comme le vent, la pluie ou la neige. Elle se doit d’être coupe-vent et/ou imperméable. Vous pourrez ici opter pour un blouson de travail, une parka professionnelle ou une doudoune, à condition naturellement que les critères de respirabilité, d’isolant thermique et d’imperméabilité soient respectés.

Le pantalon thermique pour le bas

Grâce à sa doublure thermique chaude, le pantalon thermique évite les déperditions de chaleur, afin d’empêcher le froid de s’insinuer sous les vêtements. Certaines marques proposent aujourd’hui des sous-pantalons thermiques, afin de vous offrir une protection optimale en cas de grand froid. Dans le cas où votre pantalon de travail ne serait pas totalement imperméable, pensez à toujours avoir sur vous un ensemble de pluie ou un pantalon imperméable comme pantalon de ciré ou type Kway.

Des extrémités toujours protégées

Sachez que le froid s’infiltre par toutes les extrémités non couvertes, et que les pieds, les mains et le visages sont extrêmement vulnérables lorsqu’ils sont mal protégés.

Bien protéger les pieds

Les pieds sont une zone du corps très sensible au froid et qu’il convient de couvrir et protéger avec beaucoup de précaution. Il est impératif de bien choisir ses chaussures de sécurité en privilégiant les chaussures voire même bottes normées au moins S3.  Vous pouvez également opter pour des chaussures thermiques, qui respectent les même normes que des bottes de sécurité, avec une protection supplémentaire contre le froid. Pensez également à bien choisir vos chaussettes: les chaussettes professionnelles en laine (mérinos) seront votre meilleur allié en hiver, car leur composition vous permettra de garder votre pied à la température idéale. Vous pouvez aussi aller voir du côté des chaussettes en polyester. Dans tous les cas, oubliez les chaussettes en coton!

Bien protéger la tête

Que vous préfériez les cagoules en polaire, les bonnet en laine, les cache-cou en laine de mérinos, voire même les cache-nez, il est impératif que vous apportiez une protection optimale à votre visage, votre cou et vos oreilles. En cas de froid trop intense, vous pouvez également compléter votre protection avec une écharpe (attention simplement à sa longueur, afin qu’elle ne vous gène pas dans votre activité).

Bien protéger ses mains

Les mains, comme les pieds, sont des parties du corps ultra fragiles et sensibles au froid. Et une main gelée, c’est toute l’activité qui peut être perturbée. Pour protéger vos mains de façon optimale, vous pouvez opter pour des gants de travail en cuir, dont certains modèles sont spécialement conçus pour des températures allant jusqu’à -10°C; Vous pouvez également vous orienter vers des gants plus techniques, avec une conception bi-matière cuir et synthétique + doublure en tricot et isolation en mousse, pour une protection optimale contre les très grands froids.

Quelles normes de sécurité adoptées

Lorsque l’on est professionnel et que l’on travaille en extérieur l’hiver, on est confronté à des conditions climatiques parfois rudes, et il est important de s’assurer que nos vêtements de travail respectent bien certaines normes de sécurité:

Norme EN 343

Cette norme spécifie les exigences  des matériaux et coutures des vêtements de protection contre les intempéries. Elle prend en compte la résistance à la pénétration de l’eau et la résistance évaporative.

Norme EN 14058

Cette norme spécifie les exigences de performances des vêtements de protection contre les environnements moyennement froids (-5°C et plus)

Norme EN 342

Cette norme, complémentaire aux 2 précédentes, spécifie les exigences de performances des vêtements de protection contre le froid face à des températures inférieures à -5°C.  

Bien se protéger, c’est adopté les bons gestes face aux différentes conditions climatiques; c’est savoir se couvrir et se découvrir lentement, en procédant par étape, et en commençant toujours par les gants.